CULTURE

En Corrèze, ils ont la patate.

Par Frédéric Monteil ( animateur fédéral MJS Corrèze).

 

Une petite commune de 550 habitants est en passe de devenir le plus grand festival associatif de la Corrèze en organisant depuis 1996 un festival de musique.

Apporter la culture en zone rurale tel est le pari d’un groupe d’amateurs de musique réuni autour du maire communiste Jean Mouzat à Chanteix petit hameau de 550 âmes en Corrèze. Situé à quelques kilomètres de la préfecture de la Corrèze, fief du premier secrétaire national du Parti Socialiste, Chanteix a su s’inscrire à l’agenda culturel régional grâce à son festival créé en 1987. Ce festival, étalé sur 4 jours autour du 2ème dimanche d’Août, associe, musique et pommes de terre.

Ce légume, importé au 16ème siècle par un Limousin – Turgot, était originaire de Limoges, capitale régionale – est depuis quelques année cultivé par les agriculteurs de la commune. Après maintes réunions pour essayer d’animer ce petit bourg au toit grisé par l’ardoise de Travassac (situé à 10 kilomètres), l’idée est venue à des amateurs de musique et de farcidure d’associer ces deux produits pour créer un festival.

Envahi par les fêtes de tous les fruits possible et inimaginable (fraise fêtée au moi de mai sur les berges de la Dordogne à Beaulieu, framboise dans l’ouest du département, ou même champignon dans le canton de Bernadette Chirac – la femme de Jacques – à Corrèze) Chanteix décida d’animer une journée autour du tubercule.

L’idée étant lancée, manquait plus que les moyens et la sueur pour la concrétiser.

Pour les moyens, l’Europe, grâce au fond européen « Leader + » ainsi que les collectivités locales vont aider l’association à créer son festival. Pour la sueur plus de 60 bénévoles vont s’affairer durant ce week-end pour que Chanteix puisse multiplier sa population par dix. Lors de l’édition 2004, Chanteix a vu passé plus de cinq mille personnes. Etaient notamment à l’affiche cette année, Jane Birking et Hubert Félix Thiefaine.  Le week-end, est, depuis le début découpé de tel manière que toutes les générations puissent être satisfaites du festival : le jeudi, la musique classique est à l’honneur avec un concert qui permet de dépoussiérer l’église. Ensuite le vendredi, la chanson française envahit la place du village. Des grands noms de la chanson ont défilé à côté du monument aux morts pour entonner leurs tubes : Georges Moustaki, Leny Escudéro, Pierre Vassilu, Arno… Samedi soir, les jeunes sont submergés de décibels : Trio, la Ruda Salska ont notamment déchaîné les foules. Dimanche, place à la patate ; En plus d’un marché toute la journée autour des produits régionaux, la musique est présente grâce aux spectacles de rue. Le soir après avoir mangé les farcidures, la place est noire de monde pour le dernier concert de chanson Française. La culture à Chanteix se n’est pas que 4 jours par an. Depuis 1999, la mairie a fait construire une salle de concert. Cette salle unique en Corrèze, permet de produire des spectacles durant toute l’année ainsi que proposer à des artistes des résidences pour des répétitions ou des enregistrements. A Chanteix, lors d’un concert organisé au moi de juin 2004, la Grande Sophie, artiste donnant du courage aux socialistes (du nom de sa chanson utilisée lors de la campagne aux élections européennes) a donné un concert à Chanteix après avoir rencontré autour d’un verre François Hollande venu en voisin et député de la circonscription. Pour l’édition 2005, quelques noms circulent entre les raies de pomme de terre, mais les tubercultureux, (du nom de l’association organisatrice : Tuberculture présidée par Jean-François Poumier fondateur et président du festival) sont muet comme des pans d’asphaltes.

Le pari des chanteixois de cultiver la population marche bien car, depuis quelques années, la population ne cesse de faire d’augmenter, rendant même l’école exiguë.

C’est quoi FARCIDURE ?

Dans le dictionnaire de la langue corrézienne, le mot farcidure est polysémique : dans le bassin briviste, la farcidure est une galette faite à base de farine de froment cuite dans le bouillon, plus communément appelé la « mique ». Dans la région de Tulle, a Chanteix, la farcidure est une boule de pomme de terre râpée mélangée à du lard et à des herbes cuite également dans le bouillon. En haute Corrèze, la farcidure est la même que celle fabriquée dans la capitale corrézienne mais mise en galette et cuite dans la poêle, appelé, pour la différencier, le « milhassou ». Toutes les farcidures fabriquées a base de pomme de terre sont mise à l’honneur à Chanteix grâce a un concours de milhassou et repas qui regroupe sous chapiteau plus de 600 personnes pour déguster le boulle de tubercule hachée.

 

Pour en savoir plus

associationtuberculture@wanadoo.fr soit par téléphone au 05.55.27.95.81 soit par écrit à l'adresse suivante : Association Tuberculture - Mairie - 19330 CHANTEIX ou sur le web à l’adresse :

http://tuberculture.free.fr